CHSCT D 4 mars 2021

COMPTE-RENDU DU CHSCT

4 mars 2021

Mal-être des enseignants, mépris du gouvernement, tests salivaires,…

autant de sujets abordés lors du Comité Hygiène Santé et Sécurité au Travail auquel le SNUDI FO a participé ce jeudi 4 mars 2021.

FICHES RSS (Registre Santé Sécurité)

Plusieurs problématiques ont émergé des fiches reçues et ont été débattues:

  • plusieurs collègues ont fait état de risques psychosociaux liés notamment à la gestion de la crise sanitaire : gestion dans l’urgence, mesures contradictoires, tensions avec les municipalités et les familles, multiplication des réunions, sensation de mépris et de non reconnaissance, surcharge de travail des directeurs, …

    Le DASEN est conscient de tous ces problèmes mais ne peut que faire remonter au Ministère. FO : sans commentaire !

  • non remplacement des enseignants.

    FO : Le DASEN prévoit la création de 7 TRBD (qui entraine de fait la fermeture de 7 classes!) mais la situation n’est pas nouvelle et cela fait déjà 3 ans que le remplacement en Lozère se dégrade fortement. C’est au ministère d’en tenir compte et de créer les postes nécessaires.

  • absence de médecine scolaire

    La secrétaire générale nous parle d’une personne ressource supplémentaire qui pourrait venir en renfort sur la Lozère l’année prochaine….

  • équipes RASED insuffisantes pour une bonne prise en charge des élèves en difficulté. FO : nous demandons depuis longtemps des postes supplémentaires de RASED, nous l’avons encore fait au CTSD du 2 mars et le referont dès le CTSD du 11 mars. Les personnels RASED sont une ressource indispensable pour les enseignants qui font face à des élèves en grosse difficulté, surtout à l’heure de l’inclusion scolaire à tout prix.

  • mouvement bloqué. FO : sans commentaire !

  • semaine à 4 jours et demi qui devient pesante et ne respecte pas le rythme de l’enfant, les TAP étant prioritaires sur l’organisation et obligeant les enseignants à « faire avec », inéquité de traitement pour les animations pédagogiques ou les RIS, frais supplémentaires engendrés par le travail du mercredi (garde d’enfant, carburant,..)

    Devant l’insistance du SNUDI FO 48, le DASEN nous dit qu’il n’a pas la main mais qu’il accompagnera cette situation. C’est la Mairie qui décide en dernier ressort.

  • animations pédagogiques obligatoires et non choisies par les enseignants

  • manque de reconnaissance du travail lié à la mise en place de PPCR et aux avis satisfaisants, qui sont vécus comme injustes et pénalisants pour l’accès à la hors-classe. FO a également soulevé le cas des anciens « instits » qui se font passer devant par des cohortes de collègues moins expérimentés. Nous avons demandé à ce qu’un nouveau rendez-vous de carrière puisse être demandé par les agents mais l’administration refuse car elle « ne peut pas se substituer aux règles nationales. »

  • problèmes sanitaires dans quelques établissements. Les travaux sont engagés ou réalisés.

  • accusations de parents à l’encontre des enseignants. Le DASEN se veut rassurant et nous dit que l’administration soutient indéfectiblement tous les collègues dans ce genre de situation. L’information est transmise à l’IEN qui transmet à son tour à l’agent concerné mais il n’y a aucune défiance et seul l’agent concerné peut solliciter un entretien avec son IEN. FO : Pour autant, si vous vous retrouvez dans ce genre de situation, n’hésitez pas à remplir une fiche RSS et contactez le SNUDI FO 48.

POINT SUR LA SITUATION SANITAIRE

Mr Bergeron, conseiller de prévention académique, nous fait part du dernier cadre sanitaire en œuvre depuis le 5/1. Voici les principales évolutions :

  • période d’isolement en cas de COVID qui passe de 7 à 10 jours

  • la détection d’un variant brésilien ou sud-africain entraine la fermeture de classe ( ce n’est plus valable pour le variant britannique)

  • le sport est toujours possible en extérieur mais sans activité d’opposition

 
Pour tous les établissements de Lozère, pour la période du 6 février jusqu’aux vacances d’hiver, il y a eu 17 cas avérés de COVID (14 élèves et 3 personnels enseignants), 79 évictions d’élèves et 4 pour les personnels Education Nationale. A ce jour, aucun cas supplémentaire et pas de variant détecté en Lozère.

Pour toute question, se référer à la FAQ du Ministère, remise à jour régulièrement.

TESTS SALIVAIRES :

En Lozère, 5 écoles choisies par l’ARS par rapport à la densité d’élèves, vont tout d’abord être concernées en milieu de semaine prochaine :

groupe scolaire de Mende, La Coustarade à Marvejols, Saint Chély, Florac et Langogne.

D’autres écoles pourraient être concernées plus tard, notamment en cas de cluster. Une autorisation type sera fournie aux directeurs qui devront transmettre aux familles. Les tests n’ont aucun caractère obligatoire. Ils seront réalisés par des médiateurs (étudiants) recrutés pour les pratiquer, et non par les enseignants. L’organisation des tests sera réfléchie avec les IEN, afin de désorganiser le moins possible les enseignements .

Selon le Conseiller de prévention académique, les vaccins pour les enseignants sont d’actualité mais aucune précision pour l’instant !

Les représentantes du SNUDI FO 48 au CHSCT continuent de se mobiliser pour l’amélioration des conditions de travail de tous les collègues. N’hésitez pas à les contacter.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.